BIENVENUE SUR LES ARCHIVES DU PIP ( Parti Ivoirien du Peuple : Pour le peuple Par le Peuple & Avec le Peuple

Le PIP, parti naissant pour libérer son peuple au plan politique, économique et social.Le bien-être social est la résultante du bien-être économique. Voilà pourquoi, notre bataille est politico-économique. READ MORE

S.O.S. ECOLO !

Ces derniers, non contents d'avoir pris en otages les populations des zones assiégées, continuent de uer des innocents. Les femmes sont quotidiennement brimées et violées.Les terroristes sanguinaires.......
READ MORE

 
 

 

IL ETAIT UNE FOIS MARCOUSSIS 2 !

UN CHANTAGE !

 

Le coup d'Etat qui a échoué le 19 septembre 2002 a été le fait d'une haine viscérale que le Président Chirac nourrissait pour sont homologue ivoirien.

Ce coup d'état devrait constituer la sanction de l'Elysée contre le Palais Présidentiel ivoirien, contre sa politique de remise en cause des intérêts français, mais surtout pour sa politique de responsabilisation, d'épanouissement, d'émancipation et de bien-être du peuple de Côte d'Ivoire.

Après l'échec de ce coup d'état, l'Elysée a usé de pressions et subterfuges pour installer ses esclaves, ses Chéchias rouges dans sa guerre contre la Côte d'Ivoire.

Devant l'impossibilité de ses Chéchias rouges de gagner cette guerre, l'Elysée a encore usé d'actions commandos pour porter un coup au moral des troupes ivoiriennes en pleine reconstruction : n'ayant pas pu obtenir l'appui de la France avec le fameux accord de défense. Le but de tout cela, est de faire chanter le Président de la République de Côte d'Ivoire. On se souvient de sa phrase « nous sommes fatigués du chantage. » Cette phrase était adressée au Maître et Gourou des esclaves Chéchias rouges.

Ainsi, l'Elysée s'emploie-t-il à faire échouer la reprise de la ville de Bouaké et faciliter la prise de Daloa. Après avoir pris son colis plus que suspect, De Villepin planifie un dégazage de son navire dans la région des 18 montagnes et pollue ainsi cette région poumon de mercenaires et de terroristes, alors que ses tirailleurs français étaient sensés sécuriser la zone. La suite on le sait. La Côte d'Ivoire est plus que totalement coupée en deux en faveur de ses Chéchias rouges.

N'oublions pas que l'Élysée a fait couper en deux le lac du barrage de

Kossou. D'où le chantage à Gbagbo ! Tu acceptes Marcoussis et tu as le barrage de Kossou. Tu ne cherches pas, non plus, à reprendre la région de

Man ! Il faut bien que je me fasse rembourser mes frais de guerre et de déstabilisation et que je récompense mes esclaves Chéchias Rouges, leur tuteur, Compaoré et leur Ben Laden, Ouattara. J'ai mal à mon budget, ce n'est pas un secret de polichinelle.

Ce chelem, à défaut du grand, donne la voie à Marcoussis et à Kléber. Le chantage pouvait ainsi commencer au grand dam du peuple de Côte d'Ivoire.

Marcoussis fut donc un chantage !

Mais Marcoussis ne fut pas seulement un médicament, le poisson de la vérité ou un chantage.

À suivre !

Vivement le prochain épisode !!!

 

Pour le Parti Ivoirien du Peuple,

Le président,

 

GNADOU Dano Zady

Page impression

 

Copyright ARCHIVES DU PIP / GNADOU. Tous Droits Réservés.

Home     Blog     Chat     Forum     Medias     Contact     Autre Archives