0x08 graphic
ACCORDS DE OUAGA, UNE POUDRE AUX YEUX !

Au moment où des observateurs avisés s'accordent à dire l'impasse des accords de paix de Ouaga, nous voudrions revenir sur leur alchimie. Pourquoi les Accords de Ouaga ?

Le 19 décembre 2006, nous sommes à peu près à quelques mois des élections en FRANCE, notamment présidentielle et législative. Un président qui n'est pas candidat à sa propre succession et donc en fin de règne et dont le successeur potentiel est loin d'être connu. En CÔTE D'IVOIRE, nous sommes à des années lumières de toute sorte d'élections. Un pays toujours scindé en deux. Un gouvernement qui n'administre rien si ce n'est la gabegie et les détournements de fonds colossaux avec l'aval de la présidence. Des ministres qui sont payés et traités comme tel sans travailler. Une population sacrifiée à la misère et aux déchets toxiques. Un président qui, ne gouverne rien, tâtonne et amasse des pétrodollars. Une opposition inexistante. Une rébellion qui roule sur l'or et diamants de sang, roulée et lâchée par ses soutiens, qui ressemble à un fauve en cage en plein zoo. Voilà le triste tableau de notre aimable pays.

En ce moment-là, concernant les élections françaises à venir, nul ne peut imaginer qui de la gauche, de la droite ou même du centre est susceptible de l'emporter. Cela gèle définitivement les fronts en CÔTE D'IVOIRE. La rébellion est lâchée par ses soutiens historiques dont le plus visible Blaise COMPAORE. GBAGBO qui craint la récupération de la rébellion par d'autres imprévisibles puissances étrangères propose contre toute attente la médiation de COMPAORE pour le fixer. Ce dernier qui se retrouve dans une situation de roulette russe en sa défaveur n'a d'autres choix que d'accepter.

Au fond, GBAGBO sait qu'il ne doit pas beaucoup compter sur la gauche de François HOLLANDE si cette dernière remportait l'élection présidentielle. HOLLANDE ayant traité GBAGBO de honte de l'amitié donc infréquentable, au plus fort de la crise ivoirienne. Non plus sur le centre de François BAYROU, allié du Rdr. Encore moins, sur la droite, famille politique de Jacques CHIRAC. Il a peur du vide et ne supporte pas la symphonie du silence.

COMPAORE n'ignore pas que quelque soit l'issue du scrutin en FRANCE, rien ne sera plus jamais pareil. Il a vécu avec CHIRAC son allié depuis 1987, des relations plus que privilégiées, voire fusionnelles. En homme d'Etat expérimenté, il craint le juste retour des choses, donc pour son avenir politique.

Quand à SORRO, outre le fait qu'il sait qu'il ne bénéficierait pas du soutien de la gauche au cas où elle revenait aux affaires, craint aussi la mise en scelle de Bédié ou de OUATTARA si s'était la droite ou le centre qui gagnait les élections. Il en a marre de subir des manipulations, des chantages, menaces et d'être la risée de tous.

GBAGBO décide alors, officiellement, de récupérer une rébellion exsangue, avec les Accords de paix de Ouaga au lieu de s'en débarrasser d'une façon ou d'une autre. Pourquoi agit-il ainsi ? Nous y reviendrons.

Cette initiative acceptée par tous les belligérants au conflit, qui permet à chacun de sortir par le haut, de la crise, n'est qu'une poudre aux yeux. Comme tout prestidigitateur qui demande le silence le plus absolu à son public pour la réussite effective de son numéro, il a été demandé aux Ivoiriens de ne rien dire et faire qui puisse entraver la paix déjà assurée ? Par les Accords de Ouaga. Il leur a, même été exigé de fermer les yeux, sinon ils seraient responsables de l'échec desdits Accords.

Quel a été le constat du peuple divisé et martyrisé de CÔTE D'IVOIRE, quand il redécouvre la scène un an plus tard ? Que les Accords de Ouagadougou ont été une poudre aux yeux, utilisée pour les empêcher de voir les tours de passe-passe de ces seigneurs de guerre d'un autre âge. Que lesdits Accords ont servi à GBAGBO à faire durer son plaisir de voir le calvaire des Ivoiriens s'amplifier. Qu'avec ces fameux Accords, GBAGBO, n'a ménagé que son avenir et hypothéqué celui du peuple ivoirien. Les Ivoiriens découvrent, oh grande stupeur, que GBAGBO est le chef de la rébellion, GBAGBO est la rébellion Ils se rendent compte qu'il a confisqué la démocratie qui l'a pourtant amené au pouvoir. Et cela, nous le savions déjà, mais conscient qu'on ne pouvait pas faire le bonheur d'un peuple sans lui, avions opté de porter le fardeau du silence.

GBAGBO a recréé, dans une configuration macabre, d'une dimension encore supérieure, le parti unique, en innovant, bien sûr, avec deux pays, deux armées, deux économies, avec SORRO, son fils, pour prince.

Oui les Accords de Ouaga ont contribué à masquer la paix et ravir la liberté aux Ivoiriens. GBAGBO l'historien, après avoir écrit, joué sans succès le rôle de Soundjata KEITA, se met dans la peau du colon. GBAGBO est un colon et SORRO son gouverneur, le chef de ses chéchias rouges.

Oui les Accords de Ouaga une poudre aux yeux, une alchimie nous les dénonçons et condamnons comme tels. Ils sont loin d'être inter ivoiriens car réunissant exclusivement et mettant en scène, en grandeur nature, la main droite et gauche de GBAGBO. Ils sont la manifestation d'une dictature et d'une monarchie qui ne disent pas leur nom. Ils sont une pure comédie pour ne pas dire une insulte et un mépris pour le peuple ivoirien. Si le dénoncer, revient à être traiter "d'oiseaux de mauvais augures", que dirions-nous des Accords de Ouaga et des actes posés par GBAGBO et ses démons qui conspirent à avertir le Peuple de CÔTE D'IVOIRE par un sinistre augure certain ? Aujourd'hui, le peuple de CÔTE D'IVOIRE, dans tout son ensemble, découvre amèrement la vérité et la réalité. Il n'est jamais trop tard !

Cher compatriote !

Sois grand, fort, libre et vigilant !

Evite d'être le dindon de la farce !

Bats-toi et redore le blason de ton cher pays !

Pays d'HOUPHOUËT ! Pays de tes parents, pays de tes ancêtres !

Bats-toi et ramène ton illustre pays dans le concert des grandes Nations !

Ne te laisse point rouler dans la farine de l'histoire !

L'histoire, te regarde et ne te fera point de cadeau !

Personne ne règlera ton problème ni ailleurs ni à ta place !

Personne ne t'empêchera jamais d'être et de poursuivre ta glorieuse marche !

Pour l'unité !

Pour la paix !

Pour la sécurité !

Pour la fraternité !

Pour la prospérité !

Pour la renaissance !

Pour les partis émergents !

Pour la CÔTE D'IVOIRE !

 

Pour le Parti Ivoirien du Peuple,

Le Président,

 

GNADOU Dano Zady,

PIP, une Opposition dans la République !

03/03/08

 

 

Copyright © GNADOU