Frat-Mat et vous

26/10/04

 

L'indispensable plan de paix et de développement du PIP

 

Le parti ivoirien du peuple (PIP) veut apporter sa contribution à la résolution de la crise militaro-politique qui déchire la Côte d'Ivoire depuis le 19 septembre 2002. Pour ce faire, le président du PIP, M. Gnadou Dano Zady, propose un plan de sortie de crise.

Deux ans que la Côte d'Ivoire vit une crise sans précédent. Deux ans durant lesquels beaucoup d'efforts ont été fournis pour la résolution de cette crise. Nous voudrions, ici, signifier notre profonde gratitude à tous, la communauté internationale, les Ivoiriens ou amis de Côte d'Ivoire, qui n'ont ménagé aucun effort pour
éviter le pire à notre cher pays.
Grâce à eux, la Côte d'Ivoire revient de loin. Mais comme eux, nous savons aussi qu'elle est encore loin du compte, tant le contexte de paix armée que nous vivons, nous fait craindre le pire.
Nous, le PIP, pour une Côte d'Ivoire unie, fraternelle et prospère portons à la connaissance de la communauté internationale et du Peuple ivoirien, cet Indispensable Plan de Paix et de Développement afin d'apporter notre pierre à l'édifice Ivoire.
1. Réconciliation des Présidents Chirac et Gbagbo.
Ces deux Présidents ont le devoir de faire la paix des braves. Ils ont le devoir de faire revivre l'amitié franco-ivoirienne. Quels que soient les hommes qui sont ou seront au pouvoir en France comme en Côte d'Ivoire, de même famille politique ou non, il leur faudra préserver les liens d'amitié et de coopération qui unissent ces deux Etats, les renforcer en les améliorant et les réadaptant pour le bonheur des peuples français et ivoirien.
2. La construction d'une arche de
l'alliance, au centre, dans la ville de Béoumi.
Sa construction devra respecter certaines règles, entre autres, l'architecture devra tenir compte de celle de la termitière et de l'arbre de l'alliance.
3. La construction d'une nouvelle capitale économique.
La Côte d'Ivoire a connu un développement déséquilibré et exclusionniste par la faute de tous ses fils et filles. Il faut donc songer à rééquilibrer ce développement. Pour certaines régions, il faut rattraper le retard accusé. Ainsi, la nouvelle capitale économique de Côte d'Ivoire doit être construite à la fourche Nord du Bandama, là où les deux importants premiers bras du fleuve se croisent, à l'intersection des Régions du Worodougou, de la Vallée du Bandama et des Savanes.
4. La construction de trois axes de la réconciliation, de l'unification, de la paix et du développement : 3 voies ferrées
-San-Pedro - Odienné
-Abidjan - Korhogo (passant / la nouvelle capitale économique)
-Abidjan - Bouna
5. L'opération une arme, une rédemption.
En l'état actuel des choses, le mot désarmement n'est pas approprié, à moins que les rebelles y soient contraints par les forces de la Paix et de la résistance. Il faut plutôt parler du dépôt des armes. L'opération une arme une rédemption est contraire au DDR qui se résume à une prime, une arme ou une rançon, une arme. Avec le DDR, on encourage la récidive et rend impossible la réintégration.
L'opération, une arme, une rédemption consiste à rendre le rebelle aussi acteur de la réparation, de la paix et du développement. Il doit se racheter en se réhabilitant par sa participation aux œuvres de construction de la paix et du développement.
L `opération, une arme, une rédemption consiste enfin à occuper tous les combattants, en les rémunérant, les faisant sortir ainsi du chômage et de ses corollaires. Bien entendu la résistance ne doit point être oubliée. La mise sur rail des grands travaux de la paix, de la réconciliation et de l'alliance devrait aussi leur être profitable.
6. Un comité de financement.
Il faudra mettre, en place, un comité de financement des œuvres de paix et de développement. Ceux qui en feront partie ne doivent point se présenter à la prochaine élection présidentielle.
7. Indemnisation de toutes les victimes de la guerre.
Il n'y a pas de réconciliation sans réparation judiciaire.
8. Eprouver la démocratie.
Chaque formation politique doit prouver sa force par les urnes et non par les armes. Rien que par les urnes. Une Constitution peut ne pas être bonne. Il faut aux forces politiques persévérance, persuasion et majorité pour en proposer une nouvelle au peuple de Côte d'Ivoire. La voie démocratique est la voie royale !
9. Report des élections présidentielles de 2005.
Il faut reporter les élections présidentielles de 2005 pour consolider les acquis de la démocratie, de l'alliance et de la réconciliation. Il faut d'abord roder et assainir le jeu politique par les autres élections. Ce qui permettra de redessiner réellement le paysage politique ivoirien. Les éminentes élections présidentielles de 2005, viendront jeter l'huile sur le feu qui couve déjà. Il faut d'abord s'employer à éteindre ce feu.
10. Le solde de tout compte.
Il faut solder le passé pour une renaissance de la nation ivoirienne. Nous accueillons favorablement la commission d'enquêtes de l'ONU depuis les événements du 19/09/2002 jusqu'aux plus récents.
Les Ivoiriens à leur niveau doivent aller au-delà et inclure dans la réconciliation en cours, le cas du Sanwi, des Guébié, de Kragbé Gnragbé et du charnier de Yopougon. Il nous faut conjurer les vengeances futures, en allant loin dans la réconciliation, dans la reconnaissance de la culpabilité et dans la réparation du tort causé à l'autre. Si le prisonnier Kragbé a été tué, il faut l'annoncer à sa famille, et permettre à celle-ci d'organiser ses funérailles et faire l'indispensable deuil dont toute famille a droit. Dans ce cas, il est sage et humain que son corps ou ce qu'il en reste, lui soit rendu. Il en est de même des restes de Biaka Boda. Le cas du Député Sékou Sanogo mérite aussi qu'on en instruise le peuple et particulièrement la jeunesse.
Il faut remettre les biens d'Houphouët à sa famille. Ses résidences d'Abidjan, de Yamoussoukro ou d'ailleurs doivent revenir à sa famille. Nous avons le devoir de ramener son épouse à la maison. Dans cette réconciliation, elle doit reprendre toute sa place. Elle ne doit point vivre l'exil. En plus, elle doit bénéficier d'un statut particulier de première des Premières dames de Côte d'Ivoire. Cette femme est la bibliothèque sacrée du Président Félix Houphouët-Boigny. Elle représente un patrimoine vivant. Nous sommes tous ses fils, et notre devoir est de la protéger, de la soutenir et de la préserver de l'exclusion. Elle ne doit point être isolée.
11. La caravane de la paix.
Elle aura pour noble mission sur toute l'étendue du territoire national, d'ancrer, à nouveau, la paix dans les cœurs, les esprits et les comportements. La Côte d'Ivoire doit se réapproprier cette culture de paix qui a fait jadis sa renommée dans le monde entier.
“ La Paix n'est pas un vain mot, c'est un comportement ”
Félix Houphouët Boigny
Pour le Parti Ivoirien du Peuple,
le Président
GNADOU Dano Zady
Courriel : gnadou@gnadou.com
Site web : www.pipci.org

Auteur:

Le journal Fraternité-Matin N° 11992 du mardi 26 octobre 2004 / in Cahier gratuit.

Page impression

 

 
 

Copyright ARCHIVES DU PIP / GNADOU. Tous Droits Réservés.

Home     Blog     Chat     Forum     Medias     Contact     Autre Archives