MISE A JOUR

LES DECHETS TOXIQUES D'ABIDJAN

Nous vous remercions chers fidèles internautes pour votre assiduité sur www.pipci.org le site officiel du Parti Ivoirien du Peuple alors qu'il est toujours en reconstruction et que la qualité et la quantité  des contributions laissent encore à désirer par rapport à ceux des années précédentes. Nous vous présentons nos excuses pour la frustration occasionnée, indépendante de notre volonté et sommes certains que l'équipe technique qui gère le site mettra tout en oeuvre pour vous garantir un portail politique riche en couleurs; projets, images, sons et vidéos.

Aujourd'hui, nous vous invitons à visiter avec nous notre cher pays, la CÔTE D'IVOIRE, un pays meurtri par une génération, non seulement de grilleurs d'arachides mais d'assassins, de seigneurs et criminels de guerre.

Cette visite sera émaillée d"évènements qui ont marqué d'une façon ou d'une autre l'histoire de notre cher pays depuis août 2006.

Actualité oblige, nous allons commencer par les déchets toxiques, le procès des déchets toxiques de la ville d'Abidjan.

Quel procès dites-vous ?

Mais celui qui se déroule en ce moment sur les bords de la lagune ébrié. Pardi ! Oui, vous avez raison de l'appeler une mascarade judiciaire.

Mais commençons par le commencement, avant que n'éclate officiellement l'affaire des déchets toxiques. Pendant que les abidjanais suffoquaient, avaient des malaises et  en mouraient, un fait a retenu notre attention : les seigneurs de guerre, de désolation, les anges de la mort se réunissaient à Yamoussoukro, pour leurs intérêts, pour le partage du pouvoir, des richesses et privilèges qui en découlent. Nous avons nommé Konan BANNY, Laurent GBAGBO, Konan BEDIE, Allassane OUATTARA et Guillaume SORO.

Au moment où des Ivoiriens souffraient, agonisaient, mouraient, étaient endeuillés, pleuraient  leurs chers parents, se frappaient la poitrine, se vautraient dans la boue, la cendre, et le piment; faisaient des acrobaties, se cognaient la tête contre les murs, se taillaidaient le corps, ces anges de la mort, nous avons dit, jubilaient autour d'un autel de sacrifice humain dans la ville pourtant sainte de Yamoussoukro. En profanant ainsi le village de notre sage président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, Ville Sainte, Ville de Dialogue, Ville de Paix, Capitale politique, ils avaient déjà lancé les couleurs dans la façon dont ils continueraient de considérer la vie des Ivoiriens et de tous ceux qui vivent avec eux.

D'ailleurs, les déchets toxiques d'Abidjan ont été précédés par ceux de la ville de Jacqueville et environs. Ses mêmes buveurs de sang d'un autre âge, ont camouflé cette catastrophe écologique en parlant d'un dégazage anodin d'un navire étranger.

Aux dernières nouvelles, c'est 152 millions d'Euro(probablement plus) qu'ils ont reçus de Probo Koala et non 100 millions annoncés dont les véritables victimes n'ont pas encore vu et ne verront certainement jamais la couleur.

A quel proçès, peut-on dire : "Nous, nous avons tué même "chimiquement" et massivement, nous sommes donc coupables, mais vous voyez, nous sommes extrêmement riches, nous vous donnons tout ce que voulez, 152 millions d'Euro au moins, et en plus, les têtes de ceux qui ont agi en notre nom  ou victimes de notre corruption. Laissez-nousi libre et tranquille. Nous n'avons rien à foutre de votre procès !"

A quel procès, peut-on dire, nous avons laissé tuer nos compatriotes à cause de notre avidité(sang, argent, puissance) mais, nous sommes au-dessus de la loi, nous sommes intouchables, pour votre plaisir, nous vous jetons en pâture nos subalternes. Nous sommes l'Etat ! Nous sommes la République ! Nous faisons ce que nous voulons, avec qui nous voulons, quand nous voulons, où nous voulons, comme nous le voulons ! Circulez donc ! Il n'y a rien avoir ! Rien à juger du moins en ce qui nous concerne, pas plus que ne le seraient nos bienfaiteurs(plus de 152 millions d'Euro) et complices(déchets toxiques d'Abidjan) du Probo Koala. Avec eux, nos culpabilités respectives ne se cumulent pas, elles s'annulent tout simplement. Rideau !

Nous, PIP, trouvons nul et non avenu le procès des déchets toxiques d'Abidjan car considérons non compétent le tribunal actuel et qui pratique d'ailleurs un jugement de deux poids, deux mesures.

 

A suivre...

Vivement le prochain épisode !

 

Pour le Parti Ivoirien du Peuple,

Le Président,

 

GNADOU Dano Zady,

PIP, une Opposition dans la République !

 

Copyright ARCHIVES DU PIP / GNADOU. Tous Droits Réservés.

Home     Blog     Chat     Forum     Medias     Contact     Autre Archives